3 raisons pour… redécouvrir les chefs d’œuvre de la peinture au musée Matisse

Matisse, mais aussi Picasso, Goya, Gauguin, Corot, Cézanne… inutile d’arpenter les grands musées parisiens pour partir à la découverte du meilleur de la peinture figurative. Pour vous retrouver face à des œuvres majeures de notre patrimoine hexagonal et revisiter vos connaissances en histoire de l’art, il vous suffit de vous rendre au musée du Cateau-Cambrésis. L’exposition « Devenir Matisse » vous en dira long sur la genèse de cet artiste nordiste.

RAISON 1 : je me souviens parfaitement du jour où j’ai été époustouflée devant « Les jeunes, la lettre », cette fameuse toile de Goya exposée au Palais des Beaux-Arts de Lille. Du haut de mes 14 ans j’ai su instantanément qu’un jour je travaillerais en lien avec le monde de l’art. Quelques années ont passé et j’y suis parvenue. Quelle ne fut pas ma joie de redécouvrir ce chef d’œuvre dans l’exposition consacrée à Henri Matisse, ou plutôt à la façon dont il s’est inspiré, construit et trouvé avant de devenir le maître incontesté connu et reconnu mondialement. Mais lors de cette visite je n’étais pas au bout de mes surprises : des toiles de Monet, Picasso, Corot ou Gauguin jalonnent le parcours de cette exposition pour le moins remarquable.

DSC00399DSC00403DSC00357DSC00375DSC00365DSC00390DSC00393DSC00402DSC00407DSC00428DSC00422

RAISON 2 : autre point fort de « Devenir Matisse » : la lumière. La scénographie, subtile et rythmée, met délicatement en évidence les couleurs et les motifs des toiles du maître. Ici un ciel surgit, là une forme nous happe… Mention spéciale à la période fauve, où aplats de couleurs chaudes et froides, pures et franches, sont mises au service du mouvement et des formes.

DSC00353DSC00379DSC00355DSC00372DSC00381DSC00395DSC00425

RAISON 3 : l’exposition ne s’arrête pas au rez-de-chaussée du musée. Au premier étage, il est question de l’Académie que l’artiste a créée. Vous déambulerez également entre sculptures et œuvres du cabinet d’art graphique, entre natures mortes et portraits de femmes alanguies, entre oeuvres évoquant son séjour à Tahiti et gouaches découpées représentatives de la fin de sa carrière. Sans aucun conteste ma partie préférée.

DSC00411DSC00415DSC00446DSC00449DSC00450DSC00451DSC00453DSC00458DSC00471DSC00472DSC00474DSC00480

Dépêchez-vous : l’exposition est présentée jusqu’au dimanche 9 février. Pour connaître les tarifs, c’est ici (bon plan : pour pouvez découvrir le musée en nocturne les vendredis, samedis et dimanches jusque 19h30. Entrée gratuite pour tous la dernière heure d’ouverture). Mon conseil : profitez-en pour faire un tour dans le centre-ville (quelques idées ici).