3 raisons pour… danser de joie à Budapest

J’annonce la couleur sur la champ : il existe bien plus que 3 raisons pour aimer Budapest et ses nombreux plaisirs. Le jour, la nourriture y est fameuse, l’architecture splendide, la culture omniprésente. La nuit, les occasions de danser et de découvrir des univers interlopes sont pléthoriques. Budapest charme, Budapest étonne, Budapest détonne. Cerise sur le gâteau, elle a le pouvoir de mettre sur votre route de fabuleuses personnes. Autant vous dire que cet article sera le premier d’une longue série. 3, 2, 1, c’est parti.

RAISON 1 : quand j’ai sondé mon entourage pour savoir qui s’était déjà rendu à Budapest, nombreux sont ceux qui m’ont vanté la folie des ruin bars, ces cafés ultra chaleureux installés dans des bâtiments en ruine de la ville. Le premier qui m’a particulièrement séduite, c’est le Szimpla Kert, où j’ai passé un dimanche matin inoubliable ! Savourer un brunch délicieux, déambuler entre des étals de légumes et de fromages tous plus appétissants les uns que les autres, profiter des rythmes endiablés d’une fanfare locale, se prendre en photo, refaire le monde sérieusement puis rire de tout… voilà ce qui risque de vous arriver dans cet ingénieux et facétieux capharnaüm.

DSC07027DSC07037DSC07038DSC07040DSC07043DSC07045DSC07046DSC07049DSC07055DSC07061DSC07075DSC07083DSC07084DSC07091

RAISON 2 : s’il existe à Budapest un endroit qui a la folie des grandeurs, c’est bien L’Instant, un ruin bar hors du commun où j’aurais pu passer la nuit entière sans m’y ennuyer une seule seconde. Installé dans deux gigantesques maisons réunies pour l’occasion, il propose aux clubbeurs de tous horizons pas moins de huit bars, quatre pistes de danse et un roof top… mais pas seulement ! L’endroit contient également une pizzeria (décorée de Tortues Ninja #normal) et une énorme salle de jeux remplie de flippers et de baby foot. De salle en salle, de bar en bar, d’escaliers en passerelles, le dédale foutraque nous fait passer de la pop la plus dansante au rock le plus musclé dans une succession de décors post apocalyptiques peuplés d’œuvres d’art. L’entrée est gratuite et les consommations vraiment pas chères. Un incontournable que je dois à Marc (merci merci merci !).

IMG_3514IMG_3518IMG_3520IMG_3522IMG_3523IMG_3525IMG_3526IMG_3530IMG_3532IMG_3537IMG_3538

RAISON 3 : pour vous remettre de vos émotions après une folle nuit de clubbing, je vous conseille la pizzeria du célébrissime Jamie Oliver. Aussi belle que bonne, sa cuisine vous régalera (que celui qui n’aime pas la pizza me jette la première pierre !) pour un prix ultra raisonnable. Au passage, goûtez le vin hongrois, vous m’en direz des nouvelles. Ce super spot se niche dans une ruelle (Kiraly utca 13) accueillant un petit marché aux puces les vendredis, samedis et dimanches.

DSC06980DSC06982DSC06970DSC06991DSC06992DSC06995DSC06996DSC06994