3 raisons pour… voguer vers ses 27 ans à Rotterdam

Week-end d’anniversaire de Marc dans la pure tradition d’Épicure : Aurélie (photos) et Marc (textes) vous emmènent à Rotterdam !

RAISON 1 : la verticalité de Rotterdam impose, et il faut un peu de temps au conquérant urbain en herbe pour la dompter ! Céline avait décrit New York comme une ville bien droite, pas baisante du tout, et Rotterdam s’inscrit dans ce registre… à raison ! Au premier abord, Rotterdam n’a rien d’un havre de paix comme Utrecht, mais a bien d’autres atouts pour les plus patients. Il ne faut pas se décourager face à cette immensité : au fil des pas, on gagne en aération, les grands espaces se muent en des terrains de jeu où l’attention n’est pas sur la rue mais dans les airs ! Le voyageur-rêveur appréciera d’avoir la tête dans les nuages, et d’admirer les reflets de la ville dans les vitres impeccables des buildings insaisissables. Une conversation à ciel ouvert où les reflets s’échangent, et où les sons s’amplifient : Rotterdam n’est pas calme, Rotterdam s’anime, Rotterdam était là avant nous et c’est ça qui fait tout son charme. Pari de la reconstruction d’après-guerre réussi ! Sceptique ? Prenez l’air dans le quartier de Leuvehaven où activité moderne et vestiges du passé s’entremêlent dans une heureuse confusion… non loin de cette omniprésente verticalité !

DSC09072DSC09076DSC09082DSC09094DSC09099DSC09121DSC09161DSC09163

RAISON 2 : parler de Rotterdam sans parler des maisons cubiques, impossible ! Maison innovantes pensées par l’architecte Piet Blom dans les années 1970, les maisons cubiques fascinent et savent retenir les visiteurs malgré le séduisant Market Hall (un food court) érigé à quelques pas de là. En les observant, tout est interrogation : les maisons communiquent-elles ? Leurs habitants sont-ils aussi désorientés que nous ? Il est possible de visiter une de ces curiosités, mais vu la cohue vers le guichet, on ne saurait trop vous le conseiller. Pas de quoi se laisser gagner par la déception : le spectacle est dehors, et mystère gardé est toujours apprécié. Nous quittons les lieux avec d’intrigantes questions.

DSC09107DSC09108DSC09113DSC09110DSC09118DSC09114DSC09119

RAISON 3 : le Supermercado est une cantine mexicaine vite surpeuplée, car elle est LE passage obligé pour tout assoiffé se rendant vers la Witte de Withstraat, la Rue de la Soif locale ! S’il faut faire preuve d’habileté pour s’offrir une place en extérieur (larges groupes s’abstenir), nous avons eu le bonheur de faire l’expérience de ce lieu de vie, en intérieur comme en extérieur. Les choix en matière de boissons ont à envier aux bars alentours (bien que l’on sache se contenter de l’habituelle IPA), mais le Supermercado saura faire taire les bavards à coups de maïs grillé parfaitement préparé et de nachos à partager en amoureux. Passé minuit, la cuisine amenuise son offre, mais comment lui en tenir rigueur ? 5 étoiles, Supermercado !

DSC09141DSC09148DSC09146DSC09150DSC09144

BONUS DUHAMEL : le Fenix Food Factory ! Ceux qui ne loupent aucun article de ce blog (et nous les espérons nombreux) sont habitués : hors de question pour nous de quitter une ville sans un dernier plaisir ! Situé au sud de Rotterdam dans le quartier de Katendrecht (en face du légendaire New York Hotel), le Fenix Food Factory concentre un peu du meilleur de la cuisine mondiale (toutes proportions gardées). Plutôt pizza ? Dix minutes et elle vous est servie avec ingrédients frais et petites anecdotes aussi croustillantes que sa pâte. Envie d’un simple café glacé à déguster au bord de l’eau ? Un barista prendra votre commande avec plaisir le préparera avec passion. Envie d’un mezze à partager en meute ? Profitez de 6 plats à partager pour moins de 15 €. Besoin d’un souvenir pour prolonger l’expérience chez vous ou de contaminer vos amis avec votre nostalgie prématurée ? Large choix de bières et de vins locaux en vue ! 

ON T’AIME, ROTTERDAM !

DSC09187DSC09166DSC09173DSC09174DSC09175DSC09177