3 raisons pour… plonger dans La Piscine de Roubaix

Avec son architecture remarquable, ses collections considérables et son ambiance inoubliable, La Piscine de Roubaix mérite sincèrement d’être découverte et visitée. Cette fois-ci il m’est particulièrement difficile, voire insupportable de me limiter à seulement 3 raisons. Tout comme il a été périlleux de faire un choix raisonné parmi la tonne de  photos que j’ai adoré prendre. Ce musée mérite 30 raisons à lui tout seul ! Ceci étant dit, c’est parti pour une visite dans un endroit vraiment pas comme les autres, mythique et magique, à seulement quelques minutes de Lille.

RAISON 1 : le musée s’articule autour du bassin, rappelant l’origine première du lieu. Véritable joyau architectural, cette ancienne piscine Art déco datant du début des années 1930, imaginée par le lillois Albert Baert, a accueilli des générations entières de Roubaisiens. Aujourd’hui, les cabines de douches ont cédé la place à des vitrines d’exposition renfermant des céramiques, tandis que les anciennes ailes de baignoires accueillent une mémorable collection Beaux-Arts des XIXe et XXe siècles. Dès votre arrivée, installez-vous sur un fauteuil au bout du bassin, imprégnez-vous de l’ambiance, savourez la lumière, appréciez le reflet du soleil sur l’eau et surtout observez comme les visiteurs sont subjugués. Rares sont les lieux qui provoquent autant d’émotions.

DSC00494DSC00492DSC00507DSC00510DSC00512DSC00521DSC00526DSC00538DSC00595DSC00543DSC00547DSC00504DSC00598DSC00604DSC00612

RAISON 2 : la visite se poursuit dans la nouvelle aile du musée, ouverte en 2018, dédiée à l’histoire de Roubaix et à celle de la sculpture. Dans le fond du nouveau bâtiment, une salle attire plus particulièrement mon attention ; celle dédiée à Henri Bouchard. Il s’agit  d’un atelier reconstitué à l’identique avec pas moins de 900 pièces du sculpteur décoratif de la IIIe République. Bronzes, pierres et plâtres originaux ont intégralement été déménagés de son atelier parisien pour une reconstitution titanesque assurée par l’équipe du musée, auquel s’ajoute une salle didactique qui emmène les visiteurs dans toutes les étapes de conception d’une sculpture.

DSC00559DSC00562DSC00551DSC00552DSC00554DSC00563DSC00555DSC00557DSC00564DSC00571

RAISON 3 : c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai découvert une autre extension du musée, celle-ci dédiée au Groupe de Roubaix. Il faut dire que je ne suis pas près d’oublier ma rencontre avec le peintre Arthur Van Hecke, lors du vernissage de l’exposition qui lui était consacrée à Dunkerque en 1998. Ici, ses œuvres côtoient celles d’Eugène Dodeigne, de Jean Roulland, ou encore d’Eugène Leroy. Ensemble, elles viennent illustrer une époque révolue mais bel et bien déterminante dans l’histoire de l’art. Et pas que sur le plan local. Une preuve supplémentaire attestant que Roubaix renferme vraiment des trésors insoupçonnés.

DSC00617DSC00639DSC00618DSC00624DSC00621DSC00623DSC00626DSC00628DSC00632DSC00640DSC00630

BONUS ESPIÈGLERIE : cette visite m’a également permis de découvrir des tableaux signés Rémy Cogghe, et plus particulièrement deux d’entre eux, empreints d’une attachante espièglerie. Ce Roubaisien d’adoption, disparu en 1935, ne manque pas de malice lorsqu’il dépeint une scène de carnaval à l’hôtel Ferraille (1901 et pourtant tellement actuel). Même chose sur la toile « Madame reçoit », où deux membres du personnel de maison tiennent à savoir ce qu’il se passe de l’autre côté de la porte… Mon coup de cœur de cette visite. Et l’occasion rêvée d’ajouter une quatrième raison aux trois premières.

DSC00588DSC00590

Merci au Musée La Piscine pour ces quelques heures hors du temps. Pour retrouvez les horaires et les tarifs d’ouverture, cliquez ici.

Roubaix – La Piscine. Architectes : A. Baert, 1932 – J.P. Philippon, 2001 et 2018. © ADAGP, Paris 2020

 

Un commentaire

  1. Arielle · mars 1

    J’adore cet endroit, pas très loin de Bruxelles non plus…
    J’y suis allée plusieurs fois… on ne s’en lasse pas ! Et on fait des photos, des photos…
    J’y ai découvert l’année passée, lors du Printemps Algérien, le peintre Claude Vicente.. que de beauté !
    Et j’y retournerai encore !!!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s